Micro-entrepreneur : vos obligations après votre immatriculation

Qui dit nouveau statut, dit nouvelles obligations. Sireniti vous aide à mieux comprendre vos démarches.

Déclarer le chiffre d’affaires de votre micro-entreprise

Le chiffre d’affaires permet de calculer les charges et les impôts que vous allez devoir payer. Il est obligatoire de le déclarer même s’il est de 0€.

Une déclaration mensuelle (effectuée le dernier jour du mois) ou une déclaration trimestrielle (effectuée le 30 avril, 31 juillet, 31 octobre et 31 janvier). Pour votre première déclaration vous bénéficiez d’un délai supplémentaire de 3 mois.

Respecter les seuils de chiffre d’affaires

Le statut de micro-entrepreneur est soumis à un plafond de chiffre d’affaire annuel. Pour les professions libérales, il est de 70 000€.

De plus, depuis le 1er janvier 2018, les micro-entrepreneurs peuvent être redevables de la TVA si leur chiffre d’affaire annuel dépasse 33 200€ HT pour les activités libérales.

Payer une cotisation foncière des entreprises

En tant que micro-entrepreneur, vous êtes soumis à la CFE dans les conditions de droit commun. Elle concerne les personnes morales et physiques qui exercent une activité professionnelle non salarié.

Depuis le 1er janvier 2019, les entreprises dont le montant du chiffre d’affaires n’excède pas 5 000€ seront acquittées de cotisation minimum.

Protéger votre micro-entreprise avec une assurance

Avec votre statut de micro-entrepreneur, votre responsabilité est illimitée. Mieux vaut donc couvrir les risques liés à votre activité.

La responsabilité civile professionnelle est obligatoire si vous exercez une activité dans l’un des domaines suivants : santé et bien-être, construction, habitat, automobile, etc. Cette assurance couvrira les sinistres matériels, immatériels, corporels causés à des tiers par le micro-entrepreneur.