Adapter son comportement avec le numérique pour préserver l’environnement

Tous les jours, nous utilisons Internet sur notre ordinateur ou notre smartphone pour visionner des vidéos en streaming, envoyer des e-mails… Pour nous, ces actions font partie de notre quotidien, nous les exécutons sans vraiment nous poser la question de leur impact sur l’environnement.
Encore trop peu connue du grand public, la pollution digitale (autre nom de la pollution numérique) est notre utilisation des appareils électroniques et notre activité sur le web.

Aujourd’hui, les appareils électroniques et le web sont indispensables autant dans notre vie personnelle que professionnelle pourtant leur production et leur cycle de vie impactent l’environnement.

 

Dans cet article, nous allons vous donner quelques conseils pour réduire votre consommation numérique.

 

Tout d’abord, il est important de bien choisir ses équipements.

Définir ses besoins en amont est primordial afin d’acheter du matériel dont les fonctionnalités et la puissance correspondent à l’usage que vous souhaitez en faire.

Il faut penser « reconditionnement ». C’est-à-dire acheter des appareils d’occasion complètement remis à neuf, moins chers et plus respectueux de l’environnement. Le site numéro 1 en matière de reconditionnement est : Back Market.

 

Ensuite, pour que ses équipements marchent dans la durée, il faut en prendre soin.

Notamment de sa batterie. Pour cela, il faut charger correctement ses appareils (par exemple, ne pas laisser charger votre smartphone la nuit, faire des recharges régulières et utiliser le mode énergie de sa batterie).

Un autre point à ne pas négliger : le nombre d’onglets/programmes ouverts sur votre navigateur web (Firefox, Chrome, Safari etc). Il est préférable de les regrouper afin de réduire votre émission de CO2.

 

Naviguer léger est la base d’une bonne communication.

La communication en entreprise ne passe pas que par voie verbale, elle peut aussi passer par voie écrite, notamment avec l’envoi d’e-mails. Trier ses e-mails est un point important. En moyenne, 240 millions d’e-mails sont envoyés par minute (dans le monde). En général et sans faire de tri, un internaute n’ouvre que 10% de ses e-mails, les 90% des e-mails non lus resteront donc sûrement en attente dans la boîte de réception. Mais ce stockage émet du CO2 .Pour éviter cela, vous pouvez utiliser l’outil Cleanfox,un antispam gratuit. Un autre point important est de favoriser les appels ou les discussions instantanées. Par exemple avec Teams, une plateforme collaborative en ligne gratuite.

Favorisez les moteurs de recherches écologiques comme Ecosia. Ce métamoteur de recherche reverse 80% de ses bénéfices selon un programme de reforestation présent dans le monde entier.

Enfin, pensez aux énergies renouvelables notamment pour votre hébergement, faites le sur un serveur « vert »/écologique. Vous pouvez par exemple, utiliser Infomaniak ou encore OVH.

 

Mais au final, dans la grande bataille papier vs numérique, que choisir ?

Tout d’abord, essayez d’une part de numériser tous les processus internes et réduisez votre consommation de papiers (par exemple en imprimant seulement les documents importants). Ensuite, optimisez vos impressions (imprimer en noir et blanc, 2 pages par feuille avec une police économe en encre).

 

Il n’y a pas de petites initiatives, que de belles initiatives.

 

Le petit plus de Sireniti

 

Le secteur du numérique (les applications telles que Facebook et les plateformes de streaming comme Netflix) représente 7% de la consommation mondiale d’électricité et 2% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. S’il n’y a aucun changement d’ici 2020, ces données se multiplieront par 2. Aujourd’hui, le numérique c’est 45 millions de serveurs, 800 millions d’équipements réseau et 3 milliards d’internautes…

Pour aller plus loin, nous vous invitons à consulter cet article.